Devenir père

Deux pas en avant, un pas en arrière

avant-arriere

Depuis quelques mois, j’ai pris l’habitude de partager mon expérience sur mon blog dans l’espoir d’en faire profiter d’autres parents, d’échanger et de me permettre au final de devenir un meilleur papa que je ne l’étais initialement.

J’ai écrit toute une série d’articles où tu peux découvrir un parcours très chaotique avec d’un côté des débuts difficiles et de l’autre, des solutions, des améliorations.

Je suis un meilleur père que je ne l’étais il y a un an.

J’en suis convaincu et je suis fier d’avoir avancé dans la bonne direction.

Mais mon aventure n'a jamais été une ligne droite

Je vois la parentalité comme un cours d’eau qui ressemble finalement plus à des rapides qu’à un long fleuve tranquille.

Ce cours d’eau, c’est la vie de ton enfant.

Il avance.

Il ne va que dans une seule direction.

Il sera parfois plus calme mais il comportera également des torrents, des tourbillons voire même des cascades !

Et nous, parents, nous nous trouvons sur notre radeau pneumatique, seuls ou accompagnés, et une chose est certaine :

nous vivons un moment aussi excitant qu’angoissant, aussi imprévisible que magique.

Mon unique but est de ne pas chavirer

Dans mes articles, j’ai tendance à simplifier, à prendre des raccourcis et en me relisant ces derniers temps, j’ai réalisé que j’ai omis de parler des moments dans mon voyage où je me suis trompé de route, où je me suis égaré.

Tu sais, ces moments dont tu n’es pas fier.

Ces journées que tu préférerais oublier.

Sans doute parce que je me sens toujours au tout début de l’aventure.

Sans doute parce qu’il est moins facile pour moi d’accepter qu’il n’est pas possible d’avancer sans reculer.

Nous sommes tous humains, tous perfectibles et moi, certainement le premier.

C'est pourquoi aujourd'hui

J’avais envie te parler de ces moments où je me vois reculer.

Où je me vois échouer à petite échelle.

Et je me suis demandé récemment :

Et si ce n’était pas des petits échecs ?

Et si tout cela ne faisait pas partie du chemin ?

Si nous n’avions pas tous besoin d’un break sur nos bonnes habitudes, tout simplement pour relâcher la pression, pour redevenir un peu nous-mêmes ?

Le sommeil et la bienveillance

Ma gestion du sommeil est catastrophique.

Il paraît que c’est le fardeau de toute personne n’ayant pas besoin de dormir longtemps pour être en forme.

J’ai du mal à fixer mes propres limites alors je calcule au plus juste.

Quand tu n’as pas d’enfant, cette technique peut fonctionner lorsque tu connais assez bien ton corps et ton cycle biologique.
Mais dès lors où tu es parent, toute cette gestion précise et contrôlée peut être complètement anéantie suite à la succession de quelques nuits à veiller, quelques nuits à consoler, quelques nuits à rassurer.
Tu as déjà essayé d’être bienveillant envers ton enfant ? Envers toi-même ? Lorsque tu accumules une dette de sommeil ?
Cela te demande des efforts surhumains, efforts que tu ne sais pas toujours fournir.
Alors tu fais de ton mieux. 
 
Et c’est déjà très bien !

Les anciennes habitudes reviennent au galop

Parce que les habitudes ont la vie dure.

Tu as beau savoir que s’énerver sur un enfant ou sur une situation ne te permettra pas de la résoudre de la façon la plus adéquate, c’est plus fort que toi.

Tu as beau connaître la théorie sur la parentalité bienveillante, sur les techniques à adopter dans certaines circonstances, tu n’arrives pas à les appliquer en permanence.

Tu as beau réaliser que t’écarter de tes nouvelles valeurs n’est bénéfique pour personne, tes anciennes habitudes refont surface.

Alors je fais ce que je sais faire de mieux : rebondir ! 

Me remettre en selle !

Car le seul moyen d’avancer, c’est de persévérer.

Car le seul moyen d’arriver à nos rêves, c’est de ne jamais baisser les bras.

Alors si toi aussi

Si toi aussi, il t’arrive de vivre ces moments-là.

Prends du recul.

Reprends ton souffle, concentre-toi sur ta respiration.

Comme dans mon cas avec le manque de sommeil, analyse les raisons qui te bloquent dans ta quête pour devenir un meilleur parent jour après jour.

Parce que c’est en travaillant sur tes mauvaises habitudes que tu pourras t’épanouir dans ta parentalité.

Parce qu’il est important de ne pas perdre de vue la destination que nous avons choisie de suivre, surtout lorsque nous nous perdons le temps d’un moment d’inadvertance.

Mais n'oublie jamais

Qu’il te faudra toujours faire un pas en arrière avant d’en faire deux vers l’avant, vers l’aventure !

8 Comments
Share

8 Comments

  1. Amandine Plume2vie
    19 janvier 2018 at 8:17

    C’est tellement réaliste, vraie mais on ressent toujours cet amour… tu es un Bon père Laurent tu sais quand ça va ou ça peut aller Mais tu sais Aussi quand rien ne va ou presque!
    Tu as réveillé quelque chose! J’ai tendance à ne parler que de bonnes choses ou peut être qu’il y a eut certains articles ou j’ai fait mon Calimero mais c’est constructif quelqu’un qui parle Aussi de ces choses là! Qui nous bouffent mais qu’on arrive à suremonter! Wonderparents Bisous

    • Happy Daddy
      19 janvier 2018 at 9:16

      Merci pour ton commentaire :o)

      C’est parfois difficile de tout exprimer dans un seul article alors je trouvais important de souligner le temps d’un article que ma parentalité elle était constituée de réussites mais également de jours off.

  2. Mumtwokids
    20 janvier 2018 at 12:05

    C’est normal de se remettre en question en tant que parent et c’est même très sain tout comme de reconnaître quand ça ne va pas. La bienveillance c’est très beau sur le papier mais l’appliquer au quotidien c’est compliqué, tellement de choses peuvent influer sur notre état d’esprit et changer la donne, il faut se dire qu’aujourd’hui c’était « un jour sans » et que demain ça ira mieux ! Bravo d’avoir poser tout ça par écrit !

    • Happy Daddy
      20 janvier 2018 at 11:37

      Oui, j’imagine que nous vivons un peu tous ces mêmes moments de doute, ces mêmes « jours sans ».
      Cela n’enlève malheureusement pas la difficulté que l’on ressent à les vivre et à les accepter.

      Merci pour ton retour :o)

  3. Céline (Maman du 21ème siècle)
    26 janvier 2018 at 10:05

    Je me suis bien reconnue dans ton billet ! 😉 Le manque de sommeil est une catastrophe qui devient vite ingérable. Et au lancement du blog, pendant 1 mois et demi, je me suis couchée à 2h00 pour préparer mes articles. Autant te dire que ma patience en prenait un coup.
    Mais j’ai désormais trouvé mon rythme et je ne bosse plus après 23h00.
    Chaque parent connaît des moments compliqués et garder son cap est essentiel, continuer d’être confiant en nos « modèles » (éducation positive, …) nous permet d’entrevoir une porte de sortie les fois où l’on pense que tout va mal. (Avais-tu lu mon article sur l’éducation positive ? Je faisais un peu les mêmes constats ;-))
    À bientôt.
    Céline.

    • Happy Daddy
      26 janvier 2018 at 10:58

      Ça me rassure de voir que je ne suis pas le seul à manger nuit après nuit sur mon sommeil pour le plaisir d’écrire et de partager !
      De mon côté, j’essaie de ne plus dépasser 00h30 mais ce n’est pas tous les jours évident !

      Oui je l’avais lu et je vous trouvais bien plus loin que moi dans ces démarches. Pour c’est effectivement la même théorie.
      J’avais d’ailleurs bien aimé la petite parenthèse « sauf en cas de rechute » ;o)

      Merci d’être passée par ici et promis, je vais retravailler un peu mon instagram afin de donner plus de petites nouvelles et surtout avertir quand un nouvel article est publié :o)

  4. Julie
    27 janvier 2018 at 3:48

    Bonjour,

    Merci pour cet article que j’ai lu avec beaucoup d’attétion. C’est fou comme je me retrouve dedans. Ce n’est pas toujours facile, et ça fait du bien de le lire.

    À bientot.

    Julie

    • Happy Daddy
      27 janvier 2018 at 10:18

      Bonjour Julie,

      Ça fait également du bien de mon côté de voir que je ne suis pas le seul parent qui vit ces moments-là et qu’on est un peu tous dans la même situation quand le quotidien prend parfois le dessus sur nos bonnes intentions :o)

      Bonne soirée,
      Laurent

Reply your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.