Love

Western sous la neige – Le Fauve, le Cowboy et la Petite main

western-neige

Ou comment préparer Noël avec des trouble-fête

Je suis Tradition

Tradition, c’est mon deuxième prénom. C’est l’essence de qui je suis.
Je suis un grand nostalgique. Difficile de trouver plus fort que moi dans ce domaine.
Et même si je me soigne, j’ai trouvé la parade pour que certains moments qui auraient dû rester dans le domaine de la nostalgie reviennent régulièrement faire un petit coucou au présent : je me suis ancré dans mes traditions.
 
Je m’y accroche.
 
Qu’importe l’occasion, je lutte pour que ces traditions soient perpétuées encore et encore, année après année.

Notre Avent Traditionnel

Accueillir un nouveau membre dans la famille

Qu’importe si les boutiques fêtent déjà Noël depuis fin octobre.
Qu’importe si on nous vend déjà les œufs de Pâques dès la mi novembre.
Notre Avent traditionnel commence au début du mois de décembre.
 
Et le lancement des festivités est défini par une expédition en direction de la pépinière sociale.
Expédition ou aventure, choisis le terme mais dans tous les cas, c’est un moment important car c’est notre première rencontre avec un nouveau membre de la famille.
Il aura une place de choix et recevra autant d’amour qu’il nous apportera joie et bonne humeur.
Je parle bien évidemment de notre beau sapin, roi des forêts !

The Night of the Sapin

Depuis l’époque de mon tout premier chez moi, un dossier photo est né avec comme intitulé « The Night of the Sapin ».
Ce moment unique dans l’année où nous fêtons l’arrivée du Sapin Nouveau comme d’autres fêtent le Beaujolais Nouveau.
 
Cinq minutes avant impact.
La maison est calme.
Le chat se prélasse sur le radiateur.
 
Deux minutes avant impact.
La maison est rangée à l’exception d’une immense boite qui trône au milieu du salon.
Le chat bâille.
 
Impact !
La maison se remplit de chants de Noël.
Le chat s’enfuit se cacher en haut des escaliers, point de vue stratégique pour juger de la situation.
 
Pour imaginer la scène, je n’ai pas de meilleur exemple à te proposer que lorsque, dans Toys Story, les enfants débarquent dans la chambre d’Andy juste avant d’ouvrir les cadeaux d’anniversaire.
 
Des cris, de la joie, des épines.
Une envie de Noël, de l’impatience, notre Sapin prend sa place dans le salon.

Les chants de Noël

On pourrait croire qu’après autant d’années, nous pourrions en être lassés, voire même écoeurés.
 Mais non ! C’est une joie de pouvoir officiellement lancer la saison des chants de Noël qui adoucissent l’atmosphère du petit déjeuner jusqu’au moment où nous allons dormir.
 
De nos jours, l’avantage, c’est que l’on ne doit plus se limiter à notre playlist iTunes d’une vingtaine de titres mais qu’entre Spotify, Youtube et l’application XmasRadio, c’est chaque jour une autre ambiance.
 
A (re)découvrir :
     – Feliz Navidad
     – Christmas Jazz

Ouverture de La Boite

Pendant que je me bats avec les nœuds dans les guirlandes lumineuses (J’étais pourtant certain d’avoir pris la peine de méticuleusement les ranger l’année précédente!), La Boite de Noël s’entrouve et laisse échapper des « Aaaaaaaah », des « Oooooooh » et des « Attention, c’est fragile ! ».
 
S’il ne devait y avoir qu’une boite à sauver dans une maison en feu, ça devrait être celle-ci.
Je sais, en tant que bon parent, je devrais plutôt privilégier la boite souvenir remplie de bricolages réalisés par nos enfants mais le cœur a ses raisons…
 
Les lumières ne sont même pas tout à fait installées dans le sapin que déjà les premières boules éclosent.
Décembre, c’est un peu le printemps des sapins.
 
Chez nous, chaque boule, chaque décoration, chaque objet dans cette boite, c’est une histoire, c’est un souvenir, c’est un condensé de bonheur.
 
« Les enfants, n’oubliez pas à de dire à papa que cette boule toute moche est la plus belle, il y tient beaucoup »
« Regardez, regardez, papa avait eu l’idée absurde d’acheter une boule qui fait de la musique ! Ah non, plus de pile cette année… Ouf ! »
« Alors, celle-là mon chéri, c’est la toute première boule personnalisée que nous t’avons achetée »
« Oh et puis celle-là, c’est la toute première boule que tu as choisie »
« C’est le Sonny Angel bleu le plus beau. Non, c’est le brun ! Mais non, c’est celui avec son nez tout rouge ! »
« Alors il me va toujours ce chapeau de Noël ? Euh… oui oui »
« Oui, on est obligé de mettre cet ange difforme dans le sapin… Tu connais papa et ses traditions… »

Les bougies de l'Avent

Elles font partie de la tradition.
Décorer la table à manger pendant quatre semaines.
Illuminer nos repas durant ce temps qui nous sépare de Noël.
 
Chaque dimanche, une nouvelle bougie prend vie. 
La magie du dimanche. Simple. Belle.
 
Alors cette année, on prend les rouges ou les blanches ?
Et pourquoi pas un mix des deux ?

Les films intemporels au coin du feu

Depuis le jour où nous l’avons vu au cinéma il y a bientôt 15 ans, « Love Actually » fait partie de nos classiques.
Oserai-je même l’appeler « notre » classique, étant donné que nous ne revoyons que rarement un film une seconde fois.
Il y a quelques années nous avons tout de même ajouté « The Holiday » à nos petites traditions. Surtout pour le cottage en hiver !

Et qui dit cottage, dit feu ouvert. Un rêve devenu réalité quand nous avons fait le choix de quitter notre appartement pour une maison il y a quelques années.

Il peut geler dehors. Le chauffage peut être en panne. Il y aura toujours le feu ouvert qui prendra soin de nous. Qui nous réchauffera durant les longues soirées d’hiver.

Les marchés de Noël

A la recherche des artisans, des petites boutiques, des vendeurs de rêves (les vrais !).
Se balader d’un chalet à l’autre.

Attendre la nuit qui tombe pour profiter des lumières et des décorations. Chaque année, un peu plus belles. Chaque année, un peu plus lumineuses.

Je ne sais pas toi mais nous on adore!
Il y a une ambiance inimitable. Un peu comme si DisneyLand s’invitait dans nos villes et nos villages.

Alors chaque weekend, on sillonne les routes pour en découvrir ou redécouvrir au fil des années.

Le city trip de Noël

Dernière ligne droite avant Noël, le temps d’un weekend, nous vivons un city trip magique afin de combiner notre passion pour les marchés de Noël avec le plaisir de découvrir une nouvelle ville.

Voici les différentes villes où nous avons eu la chance de perpétuer cette tradition :

  •  2007 Bruxelles
  •  2008 Londres
  • 2009 Cologne
  • 2010 DisneyLand Paris
  • 2011 Paris
  • 2012 Reims
  • 2013 Bruges
  • 2014 Düsseldorf
  • 2015 Strasbourg
  • 2016 Luxembourg Ville

Dix ans de souvenirs, dix ans de tradition.

Notre Avent 2017, sous un faux air de Western

Cette année, les festivités de l’Avent ont débuté sous la neige, que demander de plus ?
Doux manteau blanc qui panse nos petites blessures du quotidien et qui nous appelle à rêver.
Qui nous appelle à nous poser. A prendre le temps. A prendre du temps. Pour nous. Pour ceux qui nous sont chers.

Mais sous cette neige, c’était le Far West !
Ma ville « Tradition » dont j’étais le shérif était constamment assaillie.

Tantôt par un fauve cherchant à créer une sélection naturelle parmi nos décorations de Noël.
Tantôt par un cowboy à penchants hors-la-loi remettant en cause l’autorité du shérif créant ses propres lois.
Tantôt par une petite main, bandit des grands chemins, mettant tout en œuvre pour braquer la banque appelée « Sapin ».

Et parce que la vie de shérif, enfin… de parent, ressemble à tout sauf à ce que l’on imaginait,
Parce que je pourrais écrire une liste « Refouler ou Résister » rien que sur le thème de Noël,
Parce que parfois il vaut mieux ne pas trop s’accrocher aux traditions pour mieux vivre le moment présent,

Cette année, j’ai décidé d’être un parent bienveillant et pour moi, ça se traduit par une réflexion : le plus beau cadeau que je pouvais offrir à mes enfants, c’était de plier mes traditions à leurs besoins.

Et puis entre un fauve, un cowboy et une petite main, tu pensais vraiment que j’arriverais à faire régner l’ordre dans ma ville ?
Si encore j’avais pu avoir l’aide de Lucky Luke…

Et pourquoi ne pas créer de nouvelles traditions ?

Cette année, je réalise que toutes mes traditions sans exception sont apparues petit à petit.
Finalement, il y en a très peu que j’ai conservées de mon enfance.
Certaines sont mêmes assez récentes.
Elles se sont accumulées année après année.
Chacune venant s’imbriquer à l’autre tel un puzzle.

Oui mais aujourd’hui, cela fait plusieurs mois que je suis dans une démarche plus minimaliste, « Less is More » comme diraient nos amis anglo-saxons.

Et je m’entends penser :
« Et si au lieu d’ajouter des traditions, je les adaptais ? »
« Et si au lieu de sacrifier des traditions sous prétexte que j’ai des enfants, je les transformais pour les vivre avec mes enfants ? »

Accueillir un ancien membre dans la famille

Tu as déjà essayé un sapin qui perd ses épines lorsque ton enfant est en plein dans sa phase de « tout passe par la bouche » ?

Alors, c’est avec regret, tristesse et désolation (je pèse et choisis mes mots…) que nous avons dû accueillir une vieille branche.
Dormant dans le garage de mes parents, nous avons réveillé un ancêtre, tout vêtu de plastique et armature de fer.

Alors oui, cette année sera sans doute l’unique exception où le plastique trônera fièrement dans le salon.
Mais on ne m’y reprendra pas ! L’année prochaine, c’est décidé, j’irai chercher un sapin du côté de chez moi.

The Nights of the Sapin

Cette année, pas d’accueil en fanfare. Le montage a donc trainé et ce n’est qu’en fin d’après-midi qu’on a inauguré notre « The Night of the Sapin ».
Pendant que les enfants étaient au bain, j’en ai profité pour lâchement les abandonner à ma femme et prendre mon courage à deux mains pour assembler le sapin.

J’étais en train de me battre avec les guirlandes pendant qu’ils descendaient avec leurs beaux pyjamas de saison.
J’étais en train de démêler des nœuds pendant que la boite s’ouvrait et que les souvenirs se découvraient.
J’étais en train d’essayer tant bien que mal de ranger les endroits où se trouveraient les décorations pendant que les boules étaient posées par l’un, retirées par l’autre.

Cette année en plus, c’est tombé exactement le même jour que la préparation de la venue de Saint-Nicolas !
Ce qui signifiait qu’il nous fallait combiner les traditions sur une seule et même soirée qui devait se finir tôt pour être en forme et réellement profiter du lendemain matin.

C’est un peu à ce moment-là que j’ai réalisé ce que je t’expliquais un peu plus haut : que j’allais prendre du temps pour notre famille.

Et notre « The Night of the Sapin » s’est finalement déroulée sur trois fin de soirées afin que la maison et le sapin soit entièrement décorés.

Les bougies d'après l'Avent

On était dimanche 04 décembre, le jour où l’on allume la première bougie.
Tient, elles sont pas là les bougies cette année ?

Alors oui, je sais que je pourrais chercher la facilité mais je cherchais celles d’Amnesty International.
Je suis tombé dessus samedi par hasard au même moment où j’ai réalisé que je n’avais pas assez d’argent sur moi pour acheter le lot de quatre.
« Pas grave, il y en aura certainement au marché demain » me dis-je.

Il m’aura fallu faire deux fois le marché avant de m’autoriser à rentrer les mains vides et découvrir sur internet qu’elles n’y seront vendues que le dimanche prochain.

Cette année, on aura nos bougies… mais pas tout de suite il semblerait.

Les films intemporels sous les couvertures

Cette année, pas de bûche dans la cheminée.
Mais pas de brûlure au troisième degré non plus pour un petit bout qui ne réalise pas encore le danger d’un feu ouvert.

Alors on a investi dans des couvertures pour se créer un espace cocooning dans le salon et profiter de nos bons vieux films.

Nous avons même essayé le film Netflix de Noël, Un prince pour Noël, mais il ne fera certainement pas partie de nos classiques.

Les petits marchés de Noël

Les marchés de Noël, c’est un plaisir. Mais c’est un plaisir qui doit être partagé.

Alors entre un des garçons qui préfère jouer tranquillement à la maison et l’autre qui serait obligé de rester dans nos bras ou dans la poussette en cas de trop forte foule, la question s’est posée et nous essayerons de privilégier les petits marchés de Noël, les régionaux, les éphémères. Ceux qui ne sont pas connus. Qui sont à taille humaine.

Le weekend de Noël

Cette année, nous avons choisi une destination que nous n’avions encore jamais imaginée (comme quoi être parent, c’est réveiller notre créativité) :

  • 2017 Chez nous

Tout simplement. 

Alors chez nous oui, mais en mode OFF : samedi matin au réveil le routeur wifi est déconnecté, les téléphones passent en mode avion car l’idée est de nous concentrer sur l’essentiel : nous.

Le temps d’un weekend, prendre le temps de profiter d’un bon bouquin, d’une activité à l’extérieur et même d’inviter des personnes à manger à la maison.
Se déconnecter pour mieux se reconnecter.

Mais pas que !

Parce qu’en modifiant toutes ces petites traditions, il y a finalement eu de la place pour plein de petits bonheurs additionnels au quotidien !

  • Observer l’excitation du plus grand par rapport à cette fête qui approche
  • Danser tous ensemble sur les chants de Noël
  • Avoir un petit bout du haut de ses 14 mois qui apprend le mot « waaaaw » en regardant le sapin dans le salon
  • Ajouter toujours plus de petites lumières d’ambiance pour que la maison scintille de mille feux
  • Découvrir la neige, le plaisir de glisser mais aussi de faire une bataille de boules de neige

Finalement, notre Avent ressemble de plus en plus au Noël que nous organisons cette année. Entre vieilles traditions remises au goût du jour et changements de certains de nos fondamentaux. Mais j’imagine que je te partagerai tout cela dans un prochain article.

Et tout rentra dans l'ordre dans la petite ville de "Tradition"

I was a poor lonesome cowboy
I had a long long way from home
But today I found my family
But today Home is where I am
 
J’étais un pauvre cowboy solitaire
J’étais loin, loin de chez moi
Mais aujourd’hui j’ai trouvé ma famille
Mais aujourd’hui je me trouve chez moi
2 Comments
Share

2 Comments

  1. Maman du 21ème siècle
    10 décembre 2017 at 8:48

    Chez nous aussi, on écoute les chants de Noël « du matin au soir » et on danse dessus tous les 4. 😉
    Très sympa ton article : s’adapter n’enlève rien au charme du moment que c’est un vrai choix, celui qui est pris en pleine conscience et qui rend heureux.
    Très bonne idée la déconnexion totale le temps d’un week-end ! Il faudra que je teste.

    • Happy Daddy
      10 décembre 2017 at 10:45

      J’en profite tant que les enfants sont petits. D’ici quelques années, ils auront des écouteurs sur leurs oreilles et nous enverrons à la gare avec nos chants de Noël ;o)

      On avait commencé l’année en se disant qu’on allait faire un weekend déconnecté par mois avec la volonté d’avoir ce weekend rien que pour nous quatre (se recentrer) mais les weekends sont tellement fous et tellement remplis qu’il a été finalement impossible de tenir le rythme. Alors, on s’est dit « et pourquoi pas quand même finir l’année en beauté et le faire en décembre » :o)

Reply your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked*